Lettre ouverte à mon fils

Mon amour, théo2

On m’a toujours dit que l’amour qu’une mère porte à son enfant est un amour plus grand que nature ; il est inestimable et irremplaçable. Je n’y croyais pas jusqu’à ce que je te sente bouger dans mon ventre, ou encore, plus tard, lorsque je t’ai tenu pour la première fois dans mes bras. J’avais peur d’aimer autant. Car, quand on aime, ça fait souvent mal.

Depuis presque deux ans et demi, je comprends ce que c’est que de vivre un amour plus grand que jamais, indéfinissable. Tu es mon soleil.

Les premières tétées, les premiers câlins, les premiers faux pas, les premières nuits difficiles, les premières chatouilles, … bref autant de premières fois qui m’ont fait grandir en tant que personne et en tant que maman. Pendant un peu plus de 6 mois, je ne travaillais pas et j’ai eu la chance d’avoir du temps pour te cajoler, te bercer, te laisser téter parfois même longtemps, collés l’un à l’autre, pour te laisser dormir à mes cotés. J’ai l’impression de m’être soudée à toi.

Garde le plus longtemps possible ta naïveté, ton innocence, ton audace, ta spontanéité, ta gourmandise de l’aventure … Tu croques dans la vie à pleines dents, tu conquiers ce monde avec ton grand sourire charmeur et tes yeux pétillants pleins de malice. Lorsque je te regarde, j’en ai souvent les larmes aux yeux tellement je suis fière du petit homme que tu es en train de devenir. Tu es mon premier enfant et je suis heureuse de t’avoir donné la vie, c’est l’un de mes plus beaux défis.

J’espère et je souhaite t’épargner le plus possible. Malheureusement, nous partageons la vie avec des individus qui ne méritent pas de toucher le même sol que toi. Je n’ose notamment pas penser à ces terribles personnes qui essayent de faire du mal aux enfants comme toi, de les blesser, aussi bien physiquement que psychologiquement. L’idée même est insupportable.

Je me sens frustrée, car, pour le moment, je n’ai pas la richesse pour t’offrir tout ce que je souhaiterai pour toi. Certes, tu as l’essentiel, mais je ne trouve pas cela suffisant. Je suis une éternelle insatisfaite. Malgré le travail, je fais mon maximum pour être présente à tes cotés le plus souvent possible. Je suis loin d’être une mère parfaite, mais je me laisse guider par mon amour pour toi et par toutes les ressources que j’ai. J’espère t’emmener le plus loin et dans le meilleur sens possible.

Tu t’es taillé une place toute particulière dans mon cœur, bien plus que quiconque.

Ta maman qui t’aime jusqu’à l’infini et bien au-delà.

 

Cet article a été rédigé dans le cadre du challenge hebdomadaire du groupe Facebook Le Café des Blogueuses, sur le thème d’un article épistolaire. Je recommande les 3 blogs suivants :

  • Le blog de Celeesia pour ses chroniques, ses critiques de films, ses articles culinaires …
  • Miss Fashionista pour les recettes de cuisine, ses conseils beauté, ses conseils mode, …
  • Le blog de Lucie, maman, épouse et blogueuse de 31 ans, pour ses tests de produits de beauté

 

 

Gaspacho de mangue

Précédemment, j’ai écrit un article concernant la mangue (sur le thème des fruits de saison). J’en ai profité pour intégrer ce produit dans une recette : un gaspacho mangue – coco.

Pour préparer ce dessert ou cet en-cas pour 4 personnes, compte environ 15 min de préparation.

  1. Pèle et coupe 1 mangue mure. Mets-en quelques morceaux de coté pour la présentation. Dans un blender, verse la chair de la mangue, 180g de fromage blanc (j’ai pris des petits-suisses), 20 cl de lait de coco, 1 cuillère à café de jus de citron, 1 cuillère à soupe de cognac (ou de rhum brun), 2 cuillères à soupe de sucre cristallisé et, facultativement, 15 cl d’eau. Mixe pour obtenir un velouté homogène. Réserve au frais.
  2. Givre 4 coupes en trempant successivement les bords dans 1 cuillère à soupe de cognac puis 2 cuillères à soupe de noix de coco râpée.
  3. Au moment de servir, verse le gaspacho dans les coupes. Dépose les petits morceaux de mangue ainsi qu’un peu de noix de coco râpée par-dessus.

 

Sans titre 288

La mangue : un produit de saison

Parfumée, juteuse et tendre, la mangue mélange le plaisir, la gourmandise et les apports nutritionnels. C’est l’un des fruits les plus riches en vitamine C et carotène, ainsi qu’en fibres. Au moment de la choisir, elle doit être souple au toucher. On la pèle au couteau ou à l’épluche-légumes, puis on récupère la chair de part et d’autre du noyau central.

La pleine saison de la mangue se situe au niveau des mois de décembre, avril, mai, jusante-naturelle-connaissez-vous-les-bienfaits-de-la-manguein et juillet. On peut la cuisiner en dessert mais aussi l’incorporer dans un plat sucré-salé.

On peut accorder la mangue avec différents produits :

  • les fruits : le fruit de la passion, l’ananas, la banane, le kiwi
  • les fruits secs : noisette, amande
  • les épices et les plantes : la muscade, la cannelle, la vanille, le safran
  • les laitages : le yaourt, le fromage blanc
  • autres : le chocolat, le rhum

Il est fortement déconseillé de placer la mangue au frigo. En effet, elle ne supporte pas les températures inférieures à 8°C. En revanche, on peut l’éplucher, la couper en morceaux, puis la congeler. Plus tard, cela conviendra parfaitement pour la passer au mixer et obtenir un sorbet, un granité ou un smoothie.

Exemple de recettes :

  • Gaspacho de mangue
  • Tarte tatin aux mangues
  • Smoothie
  • Sauce chutney
  • Sous forme de coulis pour les glaces et les yaourts
  • Panna cotta à la mangue

 

Cet article a été rédigé dans le cadre du challenge d’écriture du groupe Facebook du Café des Blogueuses. En surfant dans le monde des blogs, j’en ai sélectionné plusieurs dont je suis clairement fan, mais je n’en citerai ici que 3 :